Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Accueil
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Praticiens - Chirurgie gynécologique et sénologie
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Praticiens - Oncologie médicale
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Praticiens - Oncologie-Radiothérapie
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Praticiens - Chirurgie plastique et reconstructrice
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Praticiens - Centre de radiologie du sein
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Praticiens - Anatomo-pathologie
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Praticiens - Biologie médicale
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Praticiens - Génétique médicale
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Praticiens - L’équipe de soins de support
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Praticiens - La charte de l'IDSLV
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Le cancer du sein - Généralités
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Le cancer du sein - Le diagnostic - Le dépistage
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Le cancer du sein - Le diagnostic - La mammographie
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Le cancer du sein - Le diagnostic - La biopsie percutanée
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Le cancer du sein - Le diagnostic - La biopsie chirurgicale
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Le cancer du sein - Le diagnostic - L'examen anatomopathologique
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Le cancer du sein - La chirurgie - La chirurgie oncoplastique
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Le cancer du sein - La chirurgie - La mastectomie
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Le cancer du sein - La chirurgie - Le ganglion sentinelle
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Le cancer du sein - La chirurgie - Le curage ganglionnaire
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Le cancer du sein - La chimiothérapie
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Le cancer du sein - La radiothérapie
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Le cancer du sein - L'hormonothérapie
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Le cancer du sein - La consultation d’onco-génétique
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Le cancer du sein - La kinésithérapie
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Le cancer du sein - Les soins de support
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - La reconstruction mammaire - Généralités
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - La reconstruction mammaire - Reconstruction mammaire par prothèse
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - La reconstruction mammaire - Reconstruction par lambeau musculo-cutané du grand dorsal
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - La reconstruction mammaire - La Lipostructure ou Autogreffe de graisse
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - La reconstruction mammaire - La reconstruction de l’aréole et du mamelon
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - La reconstruction mammaire - Les alternatives à la reconstruction mammaire
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - La chirurgie des anomalies du sein - Généralités
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - La chirurgie des anomalies du sein - L’Hypertrophie mammaire et la chirurgie de réduction mammaire
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - La chirurgie des anomalies du sein - L’Hypotrophie mammaire et la chirurgie d’augmentation mammaire
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - La chirurgie des anomalies du sein - La Gynécomastie
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - La chirurgie des anomalies du sein - Les malformations du sein
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Liens utiles
Institut du sein Léonard de Vinci (IDSLV) - Contact

Institut du sein Léonard de Vinci

Cancer du sein

L'hormonothérapie

L’hormonothérapie est un traitement du cancer du sein qui s’oppose à l’action des hormones féminines (oestrogènes et progestérone) au niveau d’une cellule cancéreuse.

Les cellules cancéreuses des cancers du sein hormonosensibles ont pour caractéristique de posséder des récepteurs hormonaux. Les récepteurs sont des protéines situées à la surface de la cellule ; ils détectent les œstrogènes ou la progestérone qui passent dans le sang et les captent. La liaison entre les hormones et leurs récepteurs sur les cellules déclenche la stimulation de la croissance de ces cellules cancéreuses.


C’est l’examen des cellules au microscope qui détermine si elles possèdent ou non des récepteurs aux œstrogènes et/ou à la progestérone. Cet examen, appelé examen anatomo-pathologique est réalisé sur un fragment de la tumeur prélevé par biopsie ou sur la tumeur enlevée par intervention chirurgicale.

70 à 80% des cancers du sein sont dits hormonosensibles ou hormonodépendants.


Plus le taux des récepteurs est élevé (résultats positifs), plus la tumeur réagit à une hormonothérapie.


S’il y a peu ou pas de récepteurs hormonaux sur les cellules cancéreuses (résultats négatifs), cela signifie que les hormones n’affectent probablement pas ou peu la croissance des cellules cancéreuses. La maladie n’étant pas sensible aux hormones, l’hormonothérapie ne serait pas efficace et n’est alors pas proposée.

-

les traitements médicamenteux agissent par voie générale, c’est-à-dire dans l’ensemble du corps, sur toutes les cellules sensibles aux hormones. On parle dans ce cas de traitement systémique.

Le principe d'action

Les hormones féminines stimulent la croissance de certaines tumeurs dites hormonosensibles ou hormonodépendantes, c’est-à-dire porteuses de récepteurs hormonaux. En s’opposant à ces hormones, l’hormonothérapie vise à empêcher leur action stimulante sur les cellules cancéreuses des cancers du sein hormonosensibles.


Par définition, l’hormonothérapie ne s’adresse qu’aux tumeurs hormonosensibles.


80 % des patientes ont une tumeur hormonosensible et sont concernées par l’hormonothérapie.


L’hormonothérapie, qui est en réalité un traitement anti-hormone, se différencie du traitement hormonal de la ménopause qui lui est à base d’hormones.


Deux types d’hormonothérapie sont utilisés pour traiter les femmes atteintes d’un cancer du sein :

-

les traitements non médicamenteux visent à stopper la production d’œstrogènes par les ovaires grâce à la chirurgie (ovariectomie) ou à l’irradiation des ovaires (radiothérapie).

Les objectifs

L’hormonothérapie est utile pour :

-

diminuer le risque de récidive locale dans le sein opéré,

-

diminuer le risque d’atteinte au niveau de l’autre sein,

-

diminuer le risque d’avoir une évolution générale sous forme d’une métastase à distance.

L’hormonothérapie par médicament est un traitement au long cours (5 ans minimum) qui peut avoir des effets secondaires.


Ces éléments font que certaines patientes sont parfois tentées de l’arrêter alors que les bénéfices en termes de réduction du risque de récidive sont scientifiquement prouvés.


C’est à ce titre que les patientes ont tout intérêt à poursuivre leur traitement jusqu’au bout.

Les indications de l’hormonothérapie


La première condition pour que votre médecin vous propose une hormonothérapie, est que votre cancer soit hormonosensible.

L’utilité et les bénéfices attendus de l’hormonothérapie dépendent par ailleurs du stade du cancer, c'est-à-dire de son étendue au moment du diagnostic.


Pour les cancers infiltrants hormonosensibles


Une hormonothérapie peut être nécessaire après l’intervention chirurgicale ou parfois avant.

-

Lorsqu’elle est proposée après la chirurgie, on parle d’hormonothérapie adjuvante. Elle a pour objectif de réduire le risque de récidive et d’améliorer les chances de guérison. L’hormonothérapie est habituellement prescrite pour une période d’au moins 5 ans.

-

Lorsqu’elle est proposée avant la chirurgie (situation moins fréquente), l’hormonothérapie a pour but de réduire la taille d’une tumeur trop volumineuse pour être opérée d’emblée ou pour permettre une chirurgie conservatrice. On parle d’hormonothérapie néoadjuvante.

Pour les cancers métastastatiques hormonosensibles


La prise en charge repose principalement sur un traitement à base de médicaments : hormonothérapie et/ou chimiothérapie (éventuellement associée à une thérapie ciblée). L’objectif dans ce cas est de stabiliser l’évolution de la maladie et d’améliorer la qualité de vie.